Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 janvier 2010

6/6/92

à l'âge de vingt ans, je croyais encore pouvoir brandir fièrement, là-haut, dans un ciel tourmenté, l'oriflamme flamboyant de la marginalité / mais à vingt ans on n'est pas un être marginal, voyons, on est seulement un jeune homme maladroit, sans beaucoup d'expérience de la vie & peut-être un tantinet insolent / ce n'est pas avant l'âge de trente ans que je suis entré dans la plus authentique marginalité / on m'a offert le premier véritable emploi de ma vie & je l'ai accepté (j'ai fait deux ans, deux ans de bagne) / à présent je ne suis plus qu'à un pied de la quarantaine & tout semble indiquer que je vais être père, bien malgré moi, très prochainement / ça, c'est le comble de la marginalité / en somme entre vingt & quarante ans je suis parvenu à migrer pour de bon, à forger cette différence qui est devenue la mienne aujourd'hui / je suis parvenu à fabriquer, à force d'entêtement, mon incapacité d'être au monde / & bla, bla, bla / (tout cela n'est pas très intéressant, n'est-ce pas)

Commentaires

Tout à fait.
Qu'elle est ta solution ? Hors le suicide bien sur !
Bien cordialement.

Luigi.

Écrit par : Riva Luigi | mercredi, 27 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

J'ai oublié tout à l'heure : hormis rejoindre le troupeau.

Cordialement.
Luigi.

Écrit par : Riva Luigi | mercredi, 27 janvier 2010

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire