Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 février 2010

11/8/89

mon père a mis ses culottes & il est allé voir le vieil Arthur LeBlanc qu'une de mes sœurs avait découvert dans sa petite chambre de l'île d'Orléans & le vieux maître acadien a tiré son stradivarius de sous son lit, oui, oui, c'est bien ça, le stradivarius dont a hérité l'Angèle Dubeau, & il a tendu gracieusement le fabuleux instrument à mon père & mon père que nous n'avons jamais entendu jouer une seule note de toute notre vie s'est emparé du stradivarius & il s'est mis à jouer l'Ave Maria de Schubert à la va comme je te suce & bien entendu j'aurais donné ma main gauche pour être là ce jour-là & puis mon père est mort un an ou deux plus tard & c'est moi qui ai hérité de son violon à lui que j'ai encore ici avec moi & j'ai dû hériter aussi d'une ou deux autres petites choses de lui je suppose & j'ai souvent eu envie moi aussi de faire le deuil de ce à quoi il a renoncé à l'âge de vingt ans mais je n'y suis heureusement ou malheureusement jamais arrivé, comprends-tu, c'est comme ça, c'est tout

Écrire un commentaire