Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 mars 2010

14/12/86

Robert nous dit : « il est célibataire ! il ne connaît pas son bonheur, c'est une chance qu'il n'apprécie peut-être pas (mais qui est appréciable) » / les dictionnaires sont des ouvrages tout à fait hilarants / qu'on essaie de trouver ailleurs une définition plus comique du bonheur : « bonheur : ce qui rend heureux » / « heureux : qui jouit du bonheur » / sacré Robert / à chaque fois que je le consulte, j'en mouille mes bottines / malheureusement, quand il lui arrive, à l'occasion, de réprimer sa tendance naturelle à faire le zouave (« soldat algérien d'un corps d'infanterie légère indigène formé en 1830 »), il me laisse en général (« officier du plus haut grade commandant une grande unité dans les armées de terre & de l'air ») sur ma faim / par exemple : « bonheur : état de la conscience pleinement satisfaite » - ce qui ne veut strictement rien dire, comme tout le monde le sait / le « bonheur » est plutôt une manière d'ersatz insignifiant que l'homme psychologique du XXe siècle, aussi profondément idiot que ses lamentables prédécesseurs, mais plus tristement terre à terre, a introduit sur le marché aux illusions de la culture occidentale pour remplacer le Paradis (« lieu où les âmes des justes jouissent de la béatitude éternelle ») de l'homme religieux d'antan / on ne perd pas un Dieu du jour au lendemain sans qu'il ne reste quelques traces de son passage parmi le pauvre troupeau sur lequel il a régné durant deux longs millénaires / ce cher Dieu s'étant fait foutre à la porte du monde, il a bien été forcé de remballer son Paradis-à-la-fin-de-vos-jours & tout le reste de son divin matériel d'arnaqueur professionnel / « ciao, les clowns ! je m'arrache ! » / « c'est ça, Chose ! dégage ! & bon voyage ! on t'écrira, Toton ! » / après coup, cependant, l'homme du troupeau s'est soudain senti comme un petit vide horrifiant quelque part au milieu du tronc / un Bon Dieu, ça vous remplit rapido presto le plus chamboulé des gogos d'une réelle idée de grandeur intime / « Moi ! Moi ! la créature de mon Dieu ! son enfant ! fait à son image & à sa ressemblance ! » / & enfle, grenouille du christ ! / Dieu parti vaquer à rien, il est devenu urgent d'inventer une autre menterie, une forte fumisterie de rechange, bien grosse, bien accessible aux foules désemparées, une énormité bien à la portée du premier quidam aux bras ballants, quelque chose qui puisse lui replâtrer sans trop de dégâts la brèche ouverte dans l'idée de son essentielle grandeur / que le néant ne vienne pas s'engouffrer à pleine force dans sa fragile cervelle mirifique / « le macaque & la baleine ont peut-être droit à la vie, mais Moi qui suis un être supérieur, je proclame à la face de l'Univers incommensurable mon droit au bonheur ! » / voilà qui rétablissait la juste hiérarchie dans l'ordre de la Création déserté par le Patron des patrons / Dieu aux chiottes, à « Moi » le trône / alors l'idée du bonheur a fait son petit chemin, cahin-caha, dans la tête des gens, & ils ont été bien contents, les gens / pour la première fois, il leur était permis d'aspirer à une « conscience pleinement satisfaite », ici-bas, dans la soue du monde où ils pouvaient désormais se vautrer tout à leur aise & sans vergogne / les gens n'ont pas été plus heureux, évidemment, mais ils avaient quand même inventé une nouvelle idole pour leur tenir la main, ils pouvaient recommencer à avoir un peu moins peur du vide, à se liquéfier un peu moins d'angoisse devant la vie / ils se sont mis à chercher le bonheur & ils ont acheté des magnétoscopes, des pneus radiaux & des baromètres, ils ont visité l'Italie & les plages de sable fin où il est possible d'être vraiment heureux, ils sont devenus « aérobiques » & ils ont appris à compter les calories de leurs cheeseburgers & de leur Pepsi Diète / le bonheur, ils le cherchent encore / ils peuvent toujours chercher / ils sont faits pour ça


 

Écrire un commentaire