Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 mai 2010

27/4/77

Montréal, rue Berri / rien qu'une pinte de vermouth Stock pour me tenir compagnie cet après-midi dans mon lit de malheur comme une pute bon marché, les poches vides, le sang pourri, misérable & mononucléosé / j'étais né pour être un moine & je me dissous dans une poubelle comme un Raspoutine détraqué / il n'y a pas de salut, je n'ai qu'une poignée de poussière à la place du cœur, je n'ai pas d'âme, je n'en ai jamais eu / j'insulte les arbres & le ciel tout entier qui me narguent à travers la vitre sale de cette maudite fenêtre / l'Indien au visage de cuir vénère sa mère la Terre, je lui crache à la gueule & je la souille de mon excrément / j'irais dans la ville armé d'un fouet & d'une cravache, je ferais mon chemin à coups de botte en chassant devant moi la racaille & le drôle / sur les pelouses des banlieusards j'étranglais des flamands roses hier encore & je cassais à coups de poing les antennes des autos que je rencontrais sur ma route dans la nuit mauvaise / je suis le bourreau victime de ses mains blasphématoires, j'exècre les hommes, je chie dans les miroirs / je n'ai jamais compris le Code, je n'ai jamais décrypté le Chiffre, je ne suis qu'un ignorant crevant comme un pauvre idiot dans les ténèbres de son étable / la vie me fait horreur, les visages, le chaos, la prolifération, le nombre, les lois, les pieds des êtres humains, la vermine de mes rêves / le corps m'écœure, la crasse, l'odeur, le sang, le sperme, le poil, les ongles qui poussent / je brandis le poing vers les étoiles & je les maudis, ivre de colère, furieux comme une Bible en folie / la lumière me dégoûte, la mort me suce la cervelle comme une sorcière de cauchemar en plein jour sur les trottoirs gluants de morve / les phobies, la terreur, le vertige, les cravates, le métro, l'ascenseur / les enfants, l'espace, les crucifix, les cimetières, les ventilateurs / tout me tue / j'étais né pour être l'Inca sur la grande pyramide sacrée, dressé, mêlé de vent, bandé comme les dieux & je ne suis qu'une araignée écrasée qui gémit dans la boue du monde / je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir & je suis incapable de vivre, comme tout le monde

Écrire un commentaire