Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 juin 2010

12/4/75

avril, déjà / quelles drôles de journées / quelle drôle de vie / je me suis fait la petite vierge aux grands yeux gris, si jeune, si innocente, si regardable, dans l'appartement de ses parents, de l'autre côté du pont, à Cartierville / ma première / (je savais qu'elle était vierge, je l'avais deviné, je l'avais vu dans ses sourires, dans son visage, dans ses yeux) / & maintenant je regarde couler la rivière des Prairies au café du collège (le café «Le Provisoire ») parmi toute cette bande de singes hurleurs qui m'emmerdent par-dessus la tête & je bois une bière & je regrette / (mon Dieu, son visage si beau, si rond, sur le pont, en pleine lumière) / je l'ai fait pcq je pouvais le faire & que c'était sans avenir & que je me foutais bien de tout détruire & de lui briser le cœur / non, je l'ai fait pcq je suis un bon à rien & qu'elle s'en serait rendue compte bien assez vite / aussi bien en profiter pendant que je la tenais, aussi bien en finir / je l'ai fait par pure méchanceté / je veux tout salir, tout saccager / (j'en aurais long à dire, je deviens fou d'alcool & de sexe & de violence dans l'appartement du blvd Lévesque avec la Bûche & les petites femmes & l'incessante procession des incessants buveurs de bière, fou dans cette chambre que j'ai peinte tout en blanc, le plancher, les murs, les meubles, le plafond, tout) / (Grand Roman Noir Dans La Chambre Blanche) / ASSEZ / je ne la reverrai plus, je le jure / (peut-être juste une dernière fois) / (mais pas plus, c'est juré) /

Écrire un commentaire