Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 31 mai 2010

10/7/75

dehors c'est Ning-Po & les sampans & les jonques sont amarrés aux trottoirs de bois battus de pluie, les nattes, le bambou, les voiles bruissent dans l'air vibrant, fragiles, & sur les voitures d'eau les doigts des vieux Chinois hobos raclent le grain au fond des bols fendillés, la lampe est odorante, l'odeur paraffinée tisse l'intérieur moelleux, épais, qui absorbe le geste, & les femmes aux yeux de demi-lune mêlent leur odeur à celle du thé, elles sourient & disent des mystères, entre la table basse & la litière, & leur fine chevelure de nuit fait des froissements secs sur la soie sombre que, sans doute, elles doivent porter, & dans l'ombre immobile une enfant tient la longue pipe brûlante de l'étranger & l'étranger aussi est ténébreux, deux ceintures de balles se croisent sur sa poitrine & sa photographie se décompose sur les murs de la ville, & derrière lui, sur la paroi qui craque, l'icône iconoclaste est un étrange palimpseste incompréhensible / dehors, c'est Ning-Po ?

Écrire un commentaire