Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 13 juin 2010

3/7/74

je suis né métaphysicien, pour ma gloire & mon plus grand malheur / ils ont toujours cherché à m'embrigader dans les armées de la vie, à faire de moi un animal socio-admiratif, récréo-stimulable, psycho-émasculinisé, économico-consentant, politico-godiche & déliroïdo-participatif / si j'étais du genre « écrivain » je romaniserais, je n'en ai rien à branler, naturellement, alors je peux bien le dire tout de suite & une fois pour toutes : ils ne peuvent rien contre le petit crétin gigantesquement réfractaire que je suis / il existe quelques spécimens de ma race en ce monde & j'ai le profil bas de cette espèce de détraqués nauséabonds, puants à l'Univers / je fais un assez considérable caca sur toute littérature, je ne suis pas venu ici pour plaire, pour vendre quoi que ce soit à qui que ce soit, ô nullités / Vendredi s'étiolant & mourant dans la solitude de son île n'a rien à fourguer au Gogo triomphant qui règne sur cette planète de l'autre côté des grandes eaux de l'existence / je suis contre, je suis l'opposant, je suis celui qui sait, dans la fibre, à l'os, jusqu'à la moelle & jusqu'au nerf de mes nerfs, jusqu'au trognon / cette mission est en moi, ce programme, & toute ma vie, cette belle horreur, n'en est que la patiente & douloureuse réalisation / qui pour me braquer ? / je les maudis, tous, de naissance, & je maudis la vie, & je me maudis moi-même / je peux crever, ils ne peuvent rien contre moi / tout le reste n'est qu'anecdote, cinq à sept, poudre au vent, billevesée, dentifrice pour édentés  / je me fous bien de perdre ma « vie », comme ils disent, je suis irréductible, & c'est gagné, c'est déjà gagné, je vieillis déjà comme ça depuis longtemps, depuis toujours / tue-moi, petit homme, je suis prêt / je n'ai peur de rien ni de personne / j'ai compris, j'ai conquis & j'ai domestiqué cette grandiose gratuité du néant que je suis dans l'œil indifférent & implacable de l'Absolu / ma sale conscience te jugera infiniment, grotesque, infâme, sale être vivant, & je t'enculerai éternellement jusqu'à la fin de toutes les éternités / je sais pourquoi je meurs & ce n'est ni pour te plaire ni pour plaire à ceux de ta harde, Homme de si peu, colossal étendard de la Niaiserie / allez, amène-toi, esclave, approche, si tu l'oses, come to Papa, foutriquet, calamité, rot du Rien, prétendu, fausse couche, superflu, désert, viens, que je te fesse avec ton consentement, cosmique insignifiant

 

Écrire un commentaire