Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 mai 2010

29/10/76

qui pourrait bien me vouloir du mal

je ne cherche que l'or

& les femmes

& le secret de la vie

 

samedi, 15 mai 2010

3/11/76

accoudé au garde-fou, je regarde rouler les eaux noires dans la nuit noire, sous le pont Lachapelle qui relie Chomedey & Cartierville, l'île de Laval & l'île de Montréal, les pensées suicidaires de ma belle adolescence me reviennent en mémoire / mais je ne suis plus un adolescent & je me dis étrangement : « je pense tout ce que je pense & je sens tout ce que je sens & je sais tout ce que je sais mais je ne suis pas tout ce que je suis - pas encore » / puis je rentre chez moi, dans cet appartement de la 70e Avenue où je vis seul maintenant pcq je l'ai foutue à la porte, pcq j'ai besoin d'être seul, pcq je veux renaître, seul, une fois de plus / & je me couche & je m'endors, seul, une fois de plus

vendredi, 14 mai 2010

7/11/76

ça se passe le soir, devant le Parc Belmont fermé pour l'hiver, dans le grand stationnement vide, il y a la petite estrade de fortune, les pauvres banderoles, les flambeaux mous, un ou deux haut-parleurs, quelques dizaines de tristes branleurs, les mains dans les poches, taciturnes, ombreux, tout à fait comme dans la noire Allemagne des années 20, c'est un meeting en plein air du PNP, le « Parti National Populiste », Jérôme Choquette est là, bas sur pattes, la mâchoire redoutable, la tête énorme, un vrai personnage de dessin animé, une vraie farce, mais tout est dangereusement sérieux, tout est dangereusement réel, le grand leader serre des mains, il a ce terrifiant sourire de marchand d'horreur, ces yeux vitreux de fanatique à vous glacer le sang, je me propulse vers l'enfant de chienne, Alban à mon côté comme un fidèle lieutenant, je lui tends une main amicale, il m'encadre, il rayonne de voir cet électeur jeune & bien de son temps s'avancer à sa rencontre, nous nous serrons la main, je lui dis : « ce n'est pas toi qui vas avoir le peuple, mon tabarnak, c'est le peuple qui va t'avoir », son sourire se fendille, son visage se décompose, je lui crache à la gueule, le voilà, mon vote, mon hostie de pourriture du câlisse, la bousculade éclate, la confusion s'installe, je me dégage, je m'arrache, je me tire de là en vitesse, j'ai autre chose à faire, je m'en vais boire en ville avec mon ami Alban & danser & chasser la femelle dans la nuit, c'est notre politique & notre Parc Belmont à nous autres, les gars d'espérance

jeudi, 13 mai 2010

15/11/76

je ne suis pas Québécois, moi, je suis seulement né ici / ce n'est pas tout à fait la même chose

mercredi, 12 mai 2010

21/11/76

je vois - c'est comme une succession de photographies un peu floues, très lente mais heurtée, instable - un homme assis dans une chambre vide, une chambre grise, qui prend un stylo & qui note, sur la page d'un petit calepin ouvert devant lui : « ( ... ) », puis qui referme le calepin & qui sort progressivement du champ

mardi, 11 mai 2010

1/12/76

« quelqu'un devrait nous présenter », se disait-il

lundi, 10 mai 2010

27/12/76

c'est le festival de la graine