Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 mai 2010

5/10/75

la femme est un jouet

samedi, 22 mai 2010

2/12/75

il paraît que j'ai eu vingt-deux ans l'été dernier, c'est ce que veut la rumeur / je suis encore assez « jeune », comme on dit, même si j'ai toujours senti que je n'avais pas d'âge / j'ai un rapport plutôt curieux au temps, je n'existe pas réellement à l'intérieur du temps / je suis ailleurs, je suis un autre mec, d'une autre race, d'une autre espèce / & j'ai bien envie de faire le pari de jouer toute ma vie sur ce petit bout de phrase que j'ai lu un jour dans Mc Dougall : « le rire s'est développé dans l'humanité pour servir d'antidote à la sympathie, de réaction protectrice nous abritant de l'influence déprimante des défauts des autres » / un antidote à la sympathie / mais oui / car qui est l'ennemi ? / eh bien, l'ennemi, c'est l'homme / (& maintenant, plus sérieusement, je dois aller dire à l'Irène de laver la vaisselle & le plancher pcq elle a invité toute une bande de joyeux malades mentaux à venir boire de la bière & du scotch & du vin & à prendre toutes sortes d'épouvantables drogues ici ce soir) /

vendredi, 21 mai 2010

21/1/76

contrairement à la très vaste majorité des vedettes d'ici & d'ailleurs qui s'acharnent à venir frapper à ma porte à toute heure du jour & de la nuit avec le burlesque espoir de me vendre leur photo, je fais partie des nécessiteux de ce monde : j'ai besoin d'intelligence / comme le disait autrefois le Vieux Tabarnak de la Taverne Vanda : « on ne vit pas rien que d'amour & d'eau froide, tabarnak »

jeudi, 20 mai 2010

17/2/76

je suis un décompositeur

mercredi, 19 mai 2010

11/5/76

en déjeunant, ce matin, je me suis dit que si jamais j'arrivais à ressembler parfaitement à mon corps, ce serait gagné, & je n'ai pas la moindre idée de ce que je voulais dire par là / je sais que je suis une chose qui pulse : c'est la définition la plus juste que je puisse donner de moi-même, & peut-être même la seule possible / le corps est essentiellement plein, il faut le savoir / le grand mystère, c'est lui, c'est le corps / la beste / la tête, elle, est toujours pleine de trous, d'horribles déchirures, comme une toile d'araignée pourrie qui n'arrive pas à ne pas s'effilocher sans cesse, il faut bien le savoir aussi / je me méfie fortement de ma tête depuis que je l'ai perdue le temps de tout un été d'absolue terreur, en 73 - remember ? / je doute d'elle depuis toujours, ça n'a fait que s'aggraver tout au long de ma deuxième adolescence, entre seize & vingt ans, beaucoup de mauvaises drogues aidant, je suppose, & l'été de mes vingt ans, précisément, je suis devenu fou, réellement fou, comme ça, d'un seul coup / je crois que j'aime me vautrer à ce point dans le sexe pcq il me permet au moins de m'accrocher à mon propre corps tout en m'accrochant à tous ces autres corps qui donnent au mien une plus grande assurance de son existence, de sa réalité, de sa plénitude / peut-être ce qui est devenu pour moi la folie du sexe ne fait-il que tenir l'autre en respect, la folie de la tête, la folie de cette folie qu'on appelle une tête / le corps, ce corps, quelle sale affaire, malgré tout / vraiment / toutes nos fonctions corporelles sont étranges, cruelles, dégoûtantes, tyranniques, humiliantes, fabuleuses, & surtout sales / le corps est essentiellement plein, oui, & cette plénitude est essentiellement sale / dans « l'amour », par exemple, il nous faut d'abord apprendre à aimer les organes de l'excrétion, les nôtres & ceux de l'autre, les nôtres & ceux des autres / arrange-toi avec ça, si tu le peux / le corps, cette saleté / & le sexe, & l'amour / & la tête, aussi bien

mardi, 18 mai 2010

17/5/76

c'est assez comique, si on veut, tout m'amuse, moi, forcément, j'étais assis pas plus tard que cet après-midi dans cette taverne où j'allais pinter à l'époque où je n'avais pas l'âge, la « Taverne Roger », à Pont-Viau-les-Bains, j'étais là à boire de la bière & à manger des langues & des « biscuits au soda » & à me rétamer comme un vrai de vrai homme, en plein pèlerinage, en somme, je me rappelais toutes ces années pourtant pas si lointaines, je me rappelais tout, comme toujours, eh oui, je suis fait comme ça, j'ai cette espèce d'étrange maladie, & je me disais à part moi : si j'étais Dieu, je serais moi, pour pouvoir me passer de toi, & ça me faisait bien rigoler, vraiment, tout m'amuse, moi, c'est vrai, mais là je crois que je vais tomber sans connaissance pcq il commence à se faire vraiment tard & que / ah, fuck, hostie

lundi, 17 mai 2010

1/10/76

ah les longues veillées talqueuses

les nuits roses & blanches de mescaline

l'hiver 72 / 73

les voix le vin les guitares le haschisch

les toasts & le thé

les animaux familiers de l'antique ménagerie

& Paul Éluard & Jean-Sébastien Bach

& les rues désertes à cinq heures du matin

& la neige fraîche douce lumineuse rosée

ah les humbles chambres les humbles chapelles

sacralisées par l'hostie de l'amitié

ah l'amitié

ah la douce folie de l'amitié

& puis le soleil & l'été & la folie

la vraie la noire folie

pour le vrai